Présence et Action Culturelles vous présente son projet : « Espace Écrivain public »

Dominique Surleau

 

UGS : 2012006 Catégorie : Étiquette :

Description

À l’origine et dès les années 1995, la régionale de PAC Liège est confrontée à des demandes urgentes, de soutien à la rédaction de documents, de textes administratifs ou privés, qui sont des demandes non couvertes.

À cette époque, le contexte politique porte les enjeux de lutte contrel’illettrisme. L’environnement économique, social et culturel impose la communication comme vecteur incontournable d’intégration sociale et/ou professionnelle.

En effet, rappelons qu’en Communauté française de Belgique, un adulte sur dix est illettré fonctionnel; rappelons aussi l’importance des populations immigrées accueillies.

Autant d’éléments qui guident le PAC de Liège à s’engager dans la mise en place du projet «Espace Écrivain public». Parallèlement, les partenaires, notamment les organismes d’alphabétisation et les instances publiques, doivent faire face aux difficultés à repérer, toucher, voire accompagner leurs publics cibles et, en particulier, dans le cadre de ce projet, des personnes en situation d’illettrisme qui ne se reconnaissent pas ou ne se proclament pas comme telles ou qui sont souvent éloignées de l’emploi et confrontées à d’autres priorités comme se loger, se nourrir, se vêtir…

C’est donc dans ce contexte, en interface et en étroite concertation avec ses partenaires, qu’en 1999, la régionale de PAC Liège, met en œuvre le premier réseau d’écrivain public avec un triple objectif:
offrir des services de première ligne d’aide à la lecture et à l’écriture aux publics demandeurs;
contribuer à élargir le repérage des publics ciblés;
engager, démultiplier les mises en contact des bénéficiaires avec les organismes concernés (alphabétisation, services publics) et les accompagner.

Depuis, pour permettre la mise en place d’un tel réseau et atteindre ce triple objectif, de nombreuses formations de base sont mises en place et coordonnées par la régionale de Liège, sur son territoire, mais aussi à Bruxelles, Namur et enfin Tournai, début 2005.

C’est dans le cadre de cette dernière que les prémices d’une coordination pédagogique et méthodologique plus large, à l’échelle de la Communauté française, apparaissent comme un axe essentiel au développement futur du réseau.

Le second forum des écrivains publics, organisé à Tournai en mai 2006, réaffirmera cette évolution.

Il mettra également l’accent sur l’important et essentiel travail des écrivains publics dans le cadre de leur fonction d’accompagnateur et d’accompagnatrice de première ligne.

Enfin, il lancera une réflexion plus large sur l’écriture comme outil d’expression culturelle, outil d’action d’éducation permanente. Cette réflexion sera illustrée, notamment, par les premières initiatives novatrices d’actions collectives développées par la régionale PAC Liège.

C’est dans ce contexte que se confirme la volonté du mouvement PAC de croiser approche sociale et approche culturelle et d’intégrer cette double vision de façon plus approfondie dans l’ensemble des dispositifs de coordination et de formation mis en place dans les réseaux.

Dans la foulée, des remaniements de personnels à Liège, ainsi qu’un appel à projet du Fonds social européen, nous place face à de nouveaux défis. Conscients de l’ampleur et des enjeux du projet «Espace Écrivain public», la régionale de Liège fait appel à la générale du PAC pour accompagner et participer au développement d’une coordination générale concertée et ce avec les régionales de PAC investies dans le projet, dans le but de permettre un essor encore plus marqué des réseaux.

Outre la garantie de la pérennité du projet jusqu’en 2013, l’apport financier du Fonds social européen en contrepartie des pouvoirs publics belges, à savoir la Région Wallonne et la Communauté française, aura permis de développer et renforcer les réseaux, à l’échelle de toute la communauté française. Les régionales PAC Bruxelles, PAC Wallonie Picarde, PAC Charleroi, PAC Verviers, PAC Mons, PAC Dinant Philippeville rejoignent la Régionale PAC Liège. D’ici peu, nous pourrons compter aussi sur l’engagement des Régionales PAC Huy-Waremme, PAC Centre et Soignies et PAC Namur.

Parallèlement, les dispositifs de formations ont également évolués et se sont considérablement enrichis, tirant parti de l’expérience acquise dans les précédentes sessions, des échanges et réflexions menés au sein des coordinations, mais également tenant compte de l’expérience de terrain des écrivains publics ainsi que de leur besoin et/ou de leur souhait.

Aujourd’hui encore, le PAC est le seul opérateur en Communauté française à assurer une formation de base de cette envergure. D’une durée de septante-huit heures au départ, celle-ci comporte aujourd’hui cent onze heures, dont nonante-six heures de formation théorique accompagnées de quinze heures de stage pratique avec une écrivaine ou un écrivain public en fonction. Cette formation de base permet d’acquérir les compétences nécessaires pour exercer la fonction. PAC met en place chaque année entre deux et quatre sessions réparties alternativement dans les régionales concernées. Par ailleurs, des formations continuées accessibles aux écrivains publics sont mises en place, dans toutes les régions, afin de leur permettre d’enrichir et d’approfondir leurs compétences et d’en acquérir de nouvelles.

Enfin, pour diversifier le champ d’activités des écrivains et écrivaines publics et leur permettre d’accompagner les initiatives collectives locales, des formations spécifiques sont également proposées: il s’agit d’une formation d’animateur et d’animatrice d’atelier d’écriture, de lecture à voix haute et de collecte de récits de vie. D’une durée de quarante-deux heures, chacune d’entre elles est organisée en fonction des besoins et des demandes dans chaque région, chaque année.

Depuis 2007, cent septante-neuf personnes ont été formées pour exercer la fonction. Aujourd’hui, le réseau compte près d’une centaine d’écrivaines et écrivains publics, septante pour cent de femmes pour trente pour cent d’hommes. De formation, d’âge, d’origine et statuts variés, ils sont actifs tant en permanence qu’en animation d’ateliers et de projets collectifs. Chacun, chacune s’impliquant dans le réseau des écrivains publics de PAC a signé la charte des écrivains publics.

Celle-ci a été rédigée en 2004 lors du premier Forum des écrivains publics qui se déroulait également à Charleroi. Cette charte déontologique et éthique décrit les principes fondamentaux relatifs à l’exercice de la fonction dont la garantie de la gratuité et de la confidentialité des services proposés.

Tout écrivain public du réseau PAC s’engage à respecter ces principes.

Faisons maintenant un peu le point sur les permanences.

Espaces d’accueil, d’écoute et d’accompagnement de première ligne, les permanences sont majoritairement mises en place en partenariat avec différentes associations, structures et/ou administrations publiques ou privées. D’une durée variant entre une et quatre heures, ces permanences se déroulent dans des lieux aussi variés que des cafés, des centres culturels, des bibliothèques, des maisons de familles, des maisons médicales, des maisons de l’emploi, des maisons de repos, des maisons de quartier, des CPAS, des prisons, etc. Et à Tournai, par exemple, pour être au plus proche de la population, c’est dans un bus itinérant, de commune en commune, que s’organisent quelques-unes des permanences.

D’une dizaine de permanences mises en œuvre par le réseau liégeois en 1999, aujourd’hui en Région Wallonne et à Bruxelles, le réseau des EP de PAC en Communauté française propose près d’une centaine de permanences avec pour chacune d’elles de un à douze bénéficiaires rencontrés, et ce chaque mois. C’est-à-dire en moyenne près d’un millier de bénéficiaires qui ont recours, chaque mois, au service d’un écrivain public.

D’origine sociale et culturelle très variées, les bénéficiaires sont en majorité des femmes – soixante pour cent de femmes pour quarante pour cent d’hommes. D’âges très divers, les publics peuvent aussi être très spécifiques en fonction du lieu où s’est installée la permanence, comme les personnes âgées dans les maisons de repos, les détenus dans les prisons, les sourds et malentendants dans des associations spécialisées, les personnes immigrées et/ou en situation précaire dans les CPAS et administrations, etc.

Dans unpremier temps, les permanences s’organisent selon des horaires réguliers en journée ou en soirée. Ces séances sont soit quotidiennes, soit hebdomadaires, voire mensuelles. Mais, aujourd’hui, et de plus en plus en fonction des expériences de chacun et de chacune des écrivains publics, les permanences s’organisent également sur rendez-vous. Ces permanences sur rendez-vous rencontrent un succès sensible: le plus souvent c’est dans l’urgence que ces demandes s’opèrent, les personnes ne pouvant parfois pas attendre plusieurs jours pour profiter de ce service entièrement gratuit.

C’est alors la coordination qui prend en charge les appels et les orientent en fonction des disponibilités, des lieux et de la spécificité des demandes vers un EP.

La pratique des écrivains publics a conduit petit à petit le PAC à découvrir des champs d’actions nouveaux à investir. Au-delà des nombreuses réponses individuelles que les écrivaines et les écrivains peuvent donner lors de leur permanence, il reste des attentes et des besoins non couverts, notamment avec des publicsenrecherche d’identité, de reconnaissance, d’utilité sociale.

On croyait l’écrivain public révolu, obsolète, rescapé comme un mythe du temps où la scolarité n’était pas obligatoire. Mettre sa plume au service de l’autre reste pourtant essentiel aujourd’hui. À égale distance de l’alphabétisation et de la culture, à la croisée du social, de l’éducation populaire, les actions collectives se multiplient et des partenariats essentiels se tissent. Des écrivains publics deviennent les animateurs d’atelier et de projets collectifs.

Retrouver toutes les informations sur le site : www.espace-ecrivain-public.be.

1 333 vues totales

Informations complémentaires

Année

2012

Auteurs / Invités

Dominique Surleau

Thématiques

Lutte contre les exclusions / Solidarité, Monde associatif