Le Président d’honneur interviewe le nouveau Président

Avec :
Baudouin DECHARNEUX, président de La Pensée et les Hommes. Philosophe et historien des religions. Professeur à l’Université libre de Bruxelles (ULB), maître de recherche au FNRS, membre de l’Académie royale de Belgique.

Présenté par Jacques LEMAIRE, président d’honneur de La Pensée et les Hommes.

UGS : 5002 Catégorie : Étiquette :

Description

Très chers et chères Amis et Amies de La Pensée et les Hommes,

À la suite du dernier Conseil d’administration de La Pensée et les Hommes, qui s’est tenu en nos locaux le vendredi 2 octobre 2020, et à mon élection en qualité de Président du Conseil d’administration, je tiens à remercier les administrateurs chaleureusement de la confiance qu’ils m’ont témoignée. J’adresse aussi mes remerciements aux membres de l’Assemblée générale qui ont témoigné de leur confiance à l’endroit de notre Conseil.

Notre ASBL est un fleuron de la vie culturelle belge en général et laïque en particulier. Pour de nombreuses personnes, elle brille tel un phare guidant ceux et celles qui sont épris de liberté. Durant de nombreuses années, elle a été la voix de la pensée libre, du libre-examen, de la raison, dans un monde où ces idées n’étaient pas communément partagées. Notre ASBL fut de tous les combats visant à émanciper l’humain des aliénations et déterminismes que les tenants d’idéologies diverses font peser sur le champ des consciences. Elle soutient que la raison ne peut s’accommoder de la volonté de puissance, que la pensée ne doit jamais se soumettre.

Si les ennemis de la liberté ont changé, chacun conviendra, ne fût-ce qu’en jetant un œil fugace sur de nombreux médias contemporains, que les enjeux sont demeurés les mêmes. Sitôt la tête de l’hydre coupée, d’autres repoussent, de sorte qu’à défaut d’avoir la prestance musclée d’Hercule, nous nous devons de poursuivre le combat. Les ennemis sont certes au dehors, l’ambition et le fanatisme animent toujours des mouvements liberticides traversés par des idéologies diverses ; les ennemis sont parfois à l’intérieur, car les passions qui taraudent l’esprit humain ne sont l’apanage ni d’un camp, ni d’une chapelle, ni d’une école.

Modestement, mais fermement, nous sommes à un tournant de l’histoire où nous devons témoigner du caractère universel des idées que nous défendons. Jean Verdun soulignait que la caractéristique des constructeurs médiévaux est de transformer le paysage. En effet, là où ils étaient passés, le monde n’était plus le même. Si l’on s’inspire de cet exemple, il ne s’agit donc pas uniquement de participer à une quête philosophique et de transmettre des valeurs, bref de chérir narcissiquement ses idées sous leurs formes variées, mais bien de laisser une trace attestant que nous avons œuvré pour améliorer le monde. Transformer le paysage. Il s’agit donc d’oser et d’accepter : oser aller de l’avant dans l’espérance d’une humanité meilleure, dans la logique d’un progrès possible de l’humanité ; accepter la critique dans le sens élargi du terme, l’accueillir et en tenir compte si elle est fondée. Bref s’engager dans une dynamique qui ne fait sens que si, à leur tour, les suivants reprennent les outils et poursuivent l’effort entrepris sur le chantier.

La Pensée et les Hommes, forte de son expérience, est résolument tournée vers l’avant. Si elle ne transigera pas sur la liberté de conscience et le libre-examen, fidèles aux idéaux de ses fondateurs, elle est ouverte à la diversité, au dialogue, à la quête du bien commun. Elle est, et compte rester, plus que jamais un lieu d’écoute et d’ouverture. C’est l’humain et les liens qui les unissent, qui mobilisent toutes nos énergies. Nous laissons donc à la fureur du monde le soin de cultiver les idéologies, trop souvent meurtrières selon Amin Maalouf, pour privilégier le rapport à l’Autre. Les mots valent peu de choses s’ils ne sont étayés par des intentions et concrétisés par des actes. À quoi bon disserter sur la diversité, le dialogue, l’union, l’échange, le partage, la société, l’amitié, l’amour, et le cortège peut être prolongé à l’envi, si nous n’avons aucune volonté d’inscrire ce projet philosophique au cœur de nos préoccupations et actions ?

Qu’il me soit permis de remercier toutes celles et ceux qui ont travaillé à la réalisation et au développement de notre belle ASBL. Au premier chef, notre ami Jacques Lemaire qui s’y est investi sans relâche, perpétuant le projet avec l’intelligence et le sérieux qu’on lui connaît ; tous les administrateurs qui n’ont cessé, chacun selon leurs compétences, d’œuvrer du mieux de leurs forces pour que nos multiples projets aboutissent. Tous les membres du personnel qui ne ménagent pas leurs efforts mettant leurs compétences au service des multiples projets. Au regard de nos émissions télévisées et radiophoniques, de nos publications sous leurs formes multiples, ils ont tout lieu d’être fiers de ces réalisations exceptionnelles.

Permettez-moi donc, histoire de faire sourire l’espace d’un moment en guise de conclusion, d’évoquer un petit garçon de cinq ans qui, il y a cinquante-quatre ans déjà, écoutait sans y comprendre rien, des émissions étranges qui suivaient celles destinées aux enfants de son âge. Il n’y avait qu’une chaîne, comme on le disait à l’époque, et il n’avait ni le pouvoir, faute de l’outil, ni le loisir, faute de choix, de zapper… L’émission, c’était La Pensée et les Hommes ; l’enfant écrit ces lignes. Étrange aventure. Le temps est passé, le projet demeure.

En avant !

Avec toute mon amitié,

Baudouin DECHARNEUX
Président de La Pensée et les Hommes

1 384 vues totales

Informations complémentaires

Présentateur / Présentatrice

Jacques Lemaire

Thématiques
Année

2020

Auteurs / Invités

Baudouin Decharneux