Le Festival des Libertés 2022.  » Déchaîner les liens « 

Ariane HASSID

 

UGS : 2022014 Catégorie : Étiquette :

Description

Chaque année, Bruxelles Laïque organise un grand « Festival des Libertés » qui accueille un public nombreux et très diversifié. Sa 21e édition se tient du 13 au 22 octobre 2022 au Théâtre national Wallonie-Bruxelles.

Cet événement existe depuis bien plus longtemps, mais, au départ, il s’agissait essentiellement d’un festival de documentaires qui s’est diversifié petit à petit en développant divers moyens d’expressions artistiques tels que le théâtre, la danse, les concerts, les expositions thématiques et toujours le concours international de documentaires. Mais ce sont surtout les conférences-débats qui stimulent les échanges avec le public autour de la défense de nos libertés et de nos droits fondamentaux.

Tout en reconnaissant que l’identité des uns se construit aussi en co-présence avec les autres, notre particularité ne se définit pas en réaction à ce qui se fait – ou s’est fait – ailleurs. Le « Festival des Libertés » n’a jamais dû recourir à l’identification d’une place libre sur un quelconque marché concurrentiel pour tracer son itinéraire. C’est donc avec humilité que nous abordons ici ce qui nous permet de nous définir et d’évoluer avec le souci d’être cohérents. Ce qui ne signifie nullement que nous prétendons faire l’unanimité, mais bien que nous prenons les responsabilités liées à l’emprunt du costume de programmateur en matière d’engagement, de valeur, de contenu, de forme, mais aussi de limites, voire de contradictions.

Le « Festival des Libertés » repose sur certaines balises qui délimitent nos champs d’action en distinguant, pour chaque nouvelle édition, les zones de créativité et de réactivité de celles nécessaires à la consolidation de notre cadre d’expression. En d’autres termes, il est nécessaire de (ré)inventer un contenu qui alimente et renforce le contenant. Inversement, un contenant consolidé permet d’envisager des contenus plus délicats.

Approcher ces balises, c’est aussi transmettre des repères face aux interrogations du public qui permettraient, le cas échéant, d’établir un échange critique… ou pas.

Le « Festival des Libertés » n’est pas une entité en tant que telle, c’est un projet parmi l’ensemble de ceux développés annuellement par Bruxelles Laïque, régionale du Centre d’Action Laïque. Les projets de Bruxelles Laïque émanent d’une vision institutionnelle, alimentée par l’exercice des initiatives et, surtout, par l’utilité sociale que sa pratique avec les publics indique.

Bruxelles Laïque promeut l’exercice du libre examen comme vecteur d’émancipation face aux multiples tentatives d’emprises dogmatiques sur la pensée libre et sur les conditions de son exercice. Le « Festival des Libertés » propose d’interroger in situ les dynamiques étatiques et collectives qui s’opposent ou qui favorisent la compréhension des mécanismes de reproduction des entraves au développement des droits et des libertés. Tous les jours depuis plus de quarante ans, l’équipe de Bruxelles Laïque – organisée autour de projets sociaux, éducatifs et sociopolitiques – est en immersion totale avec ses publics. Cela signifie que Bruxelles Laïque s’efforce de s’imprégner de toutes ces expériences d’accompagnement pour établir son plan de route, sa vision, ses revendications, mais aussi d’en dégager les éléments d’une culture commune au sein de son équipe. Le Festival se nourrit de sa proximité avec une dynamique associative constante, qui vise quotidiennement à accompagner les personnes victimes de discriminations, d’injustices, de privations récurrentes, voire endémiques entravant de manière profonde leurs perspectives d’émancipation, d’accès aux droits.

Les sessions du Festival mettent les publics en rapport interrogatif avec certaines situations sociales en vue d’informer, d’étoffer les argumentations, de diversifier les perspectives… en aucun cas pour donner des réponses. Susciter des questionnements, inviter à sortir des automatismes de pensée, quitter l’autoroute pour découvrir l’existence d’itinéraires alternatifs tout en dénonçant les risques de l’uniformisation des pensées et les pièges de la pensée unique. Tel un laboratoire, l’expérience interactive que constitue le Festival permet de mettre en lumière des priorités dans l’actualisation de la vision institutionnelle.

Dans l’initiative de sensibilisation que représente le Festival, la défense des libertés doit être considérée comme un principe inscrit dans une relation dynamique avec ses corollaires que sont la solidarité, l’égalité, la justice sociale et l’État de droit. Dans cette perspective, être libre, c’est pouvoir accéder aux droits. L’interpellation proposée par le Festival est bien d’identifier les obstacles, les menaces, les dérives, les privations, les déterminismes, les injustices ancrés dans nos sociétés contemporaines qui privent sciemment des femmes et des hommes de jouir de leurs droits fondamentaux.

C’est aussi au nom de la « liberté » que le Festival entend faire appel à la pratique de la raison. Il est urgent de réagir à la normalisation de cette pensée simplifiée qui s’exprime à tous niveaux à coups de tweets, de posts, de scoops… Les dégâts sur la qualité du débat public sont évidents et amplifient toujours davantage la polarisation des individus et des idées.

Organiser ce Festival, c’est provoquer le dépassement du simple « constat » empathique et favoriser l’émergence des conditions utiles à l’exercice du contrôle démocratique des citoyens. Pour y arriver, l’accent est mis sur l’information, la confrontation d’idées, la possibilité d’étoffer les argumentations, mais aussi de réhabiliter l’exigence de la nuance face à la complexité des situations.

La thématique qui a soutenu la programmation de cette édition 2022 interpelle la notion de solidarité. Le « Festival des Libertés » appelle cette année à « Déchaîner les liens » !

Débats, expositions, concerts, documentaires, théâtre… Bruxelles Laïque s’installe au Théâtre national Wallonie-Bruxelles du 13 au 22 octobre 2022 pour réveiller les neurones, lever les poings, faire vibrer les oreilles et danser les corps, dans un mélange festif et engagé qui fait l’ambiance si particulière de ce festival.

Dans une époque qui va de crise en crise, où l’opinion, les alliances et les confrontations se succèdent, qu’avons-nous à inventer en termes de solidarités ? De quels futurs voulons-nous nous rendre responsables ? Ces questions seront déclinées dans quinze rencontres publiques traitant de sujets dont l’urgence sociopolitique n’est plus à démontrer. Migration, travail, féminisme, sécurité sociale, écologie, sans-abrisme, solidarités internationales, santé… une cartographie non-exhaustive et volontairement hétérogène pour poser un temps d’arrêt sur l’état des réalités sociales et des engagements qui traversent nos sociétés.

Cœur battant musical du Festival, la programmation des concerts est tout aussi diverse et ravira les amateurs et amatrices de reggae roots (Max Romeo, Eek-a-Mouse, Blackboard Jungle Dj Set), de pop décomplexée (Juicy, Fishbach, Odezenne, Feu! Chatterton, BCUC, Deluxe), d’électro festive (Mansfield.TYA, Omar Souleyman, La Jungle, Rokia Bamba, General Elektriks), de world music (Youssou N’Dour, M.Chuzi) et de jazz/funk pointu (Aka Moon, Marcus Miller). En proposant des concerts en salle ainsi que des deuxièmes parties de soirées en accès libre au bar, le « Festival des Libertés » entend poursuivre son intention qui, depuis plus de vingt ans, réunit les multiples publics dans une ambiance dynamitée.

C’est également au travers de la programmation de documentaires du monde entier, proposant des diffusions pour la plupart inédites, que le « Festival des Libertés » marque son originalité. Reflet de la production humaniste et engagée, en présence de réalisateurs et réalisatrices, les vingt films proposés suscitent dénonciations, indignations et émancipations.

Au programme de cette édition, il ne faut pas manquer les deux propositions théâtrales (Nous sommes partout, Warning) très originales, à vivre de manière active, en étant ouverts à la surprise.
Enfin, les murs du Théâtre national Wallonie-Bruxelles seront habillés de portraits d’amour. Where love is illegal présente des visages et des corps accompagnés de lettres, témoins poignants et incarnés de ces libertés fondamentales encore restreintes et criminalisées dans de nombreux endroits du monde.

Une nouvelle fois, la programmation du Festival des Libertés est soignée, multiple, festive et engagée pour une édition qui s’annonce intense et décomplexée !

Avant la pandémie, nous avons atteint les vingt-six mille entrées…pourquoi ne viendriez-vous pas rejoindre cette grande fête de l’esprit ?

Loading

Informations complémentaires

Année

2022

Auteurs / Invités

Ariane Hassid

Thématiques

Ambitions de la laïcité, Culture, Culture et civilisation, Diffusion artistique, Laïcité, Libertés, Solidarité, Vivre ensemble

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Le Festival des Libertés 2022.  » Déchaîner les liens « ”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *