La persécution des Juifs en Belgique

Avec :
Maxime STEINBERG,  professeur à l’Institut d’Histoire du Judaïsme de l’Université libre de Bruxelles, ancien chargé de mission auprès des ministres de l’Éducation et de l’Audiovisuel , ancien directeur général du Centre d’Étude européen de la Shoah, de l’antisémitisme et du génocide.
Thomas GERGELY, professeur à l’Université libre de Bruxelles (Faculté de Philosophie et Lettres), directeur de l’Institut d’études du judaïsme.

Présenté par Jacques LEMAIRE

UGS : 1655 Catégorie : Étiquette :

Description

Cet ouvrage analyse tous les rouages du système qui organise la persécution des Juifs en Belgique entre 1940 et 1945 ; il définit le rôle et les agissements de ses acteurs clés, depuis les premières ordonnances antijuives jusqu’à l’été meurtrier de 1942. En examinant les rôles et la répartition des tâches entre les différents services allemands, l’auteur constate que les effectifs des persécuteurs étaient dérisoires. Dès lors, pour arriver à leurs fins, les nazis auront besoin de relais, belges ou même… juifs, qui exécuteront les mesures antisémites. Le livre pose la question des responsabilités en termes d’efficacité de la persécution et d’ampleur de ses ravages, dans un pays qui perd près d’un Juif sur deux au cours de la Seconde guerre mondiale. Sans négliger pour autant le rôle des « collaborateurs », partisans de l’Ordre nouveau, cette nouvelle étude montre comment l’appareil administratif et policier belge s’accommode plus ou moins des tâches que les Allemands le chargent d’exécuter alors que celles-ci sont contraires aux lois belges et au droit des gens. Car, cette « collaboration administrative » ne procède pas d’un ralliement idéologique à l’occupant, mais de la politique du « moindre mal » des autorités belges. Certes, l’occupant installe un homme de l’Ordre nouveau au poste clé de secrétaire général du ministère de l’Intérieur ; mais, du sommet à la base, ce sont les fonctionnaires belges qui jouent bon gré mal gré le rôle inscrit dans le scénario antijuif des Allemands, notamment en leur fournissant le registre national des Juifs dont ils ont besoin. De même, les personnalités juives nommées par les Allemands à la tête de l’AJB (Association des Juifs en Belgique) acceptent de représenter les « intérêts juifs » face aux SS, les aidant à administrer les persécutés, puis à les rassembler en vue de les déporter. Un ouvrage essentiel pour comprendre la « solution finale » en Belgique.

Information sur l’ouvrage présenté :

Auteur : Maxime STEINBERG
Titre : La Persécution des Juuifs en Belgique (1940-1945)
Maison d’édition : Complexe 
Année : 2004
ISBN :978-2804800260

1 526 vues totales

Informations complémentaires

Année

2008

Auteurs / Invités

Maxime Steinberg, Thomas Gergely

Présentateur / Présentatrice

Jacques Lemaire

Thématiques

Déportation, Droits de l'homme, Guerres mondiales, Holocauste, Judaïsme, Nazisme, Questions de société, Questions éthiques, Questions idéologiques, Shoah

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “La persécution des Juifs en Belgique”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.