La gauche totalitaire sur la sellette

Analyse des mouvements de gauche et des moyens de leur diffusion.

Avec :
Hervé HASQUIN, historien, chercheur FNRS et docteur en Philosophie et Lettres

Présenté par Jacques LEMAIRE

UGS : 10190 Catégorie : Étiquette :

Description

P001« Le métier des intellectuels, écrit Paul Valéry en 1926, est de remuer toutes choses sous leurs signes, noms ou symboles, sous le contrepoids des actes réels. Il en résulte que leurs projets sont étonnants, leur politique dangereuse, leurs plaisirs superficiels. Ce sont les excitants sociaux avec les avantages et les périls des excitants en général. » (Rhumbs)

Que d’indignations sélectives chez les compagnons de route du communisme et de l’extrême gauche, supposés lettrés… La démocratie, les libertés, les droits de l’homme en bandoulière. Très bien. Dénoncer Hitler, Mussolini, Franco, Salazar, les colonels grecs, Pinochet, les généraux argentins, Mobutu, etc., la liste est longue. Parfait. Mais pourquoi ces silences, au mieux les pudeurs, au pire les justifications de Lénine, Staline, Mao, Castro, Pol Pot et quelques autres seigneurs de moindre importance, mais non moins nocifs et repoussants ?

Le négationnisme est insupportable. Il ne consiste pas seulement à nier l’entreprise génocidaire nazie. Sa politique d’extermination sur base raciale et politique. Il n’y a pas qu’un seul négationnisme.

Hélas, la gauche a aussi ses Faurisson. Nier des crimes ou les justifier est impardonnable. Faire silence l’est tout autant.

1 228 vues totales

Informations complémentaires

Année

2021

Auteurs / Invités

Hervé Hasquin

Présentateur / Présentatrice

Jacques Lemaire

Thématiques

Histoire et philosophie politique, Politique, Questions et options philosophiques, politiques, idéologiques ou religieuses

Vous aimerez peut-être aussi…