Cannabis, réglementons ! Introduction

Jean DE BRUEKER

 

UGS : 2018023 Catégorie : Étiquette :

Description

En matière de réglementation de vente des drogues, le mouvement laïque est un vieux consommateur d’espaces de liberté et un dealer de propositions innovantes. Le Centre d’Action laïque a, par ailleurs, un fort niveau d’addiction au dépassement des tabous. En effet, il y a vingt ans, une résolution avant-gardiste fut adoptée à l’issue d’une convention laïque à Mons. Cette convention rassemblait quelque deux cents responsables du mouvement. Cette résolution a été adoptée par une écrasante majorité de personnes qu’il eût été difficile de qualifier, selon l’expression à la Coluche, de « fumeurs de hakik dans les cabinets ».

Cette résolution était peu banale, peu conforme aux idées reçues et véhiculées, surtout à l’époque, au sein de la société : il s’agissait d’un ambitieux projet de réglementation et, donc, d’organisation de la vente des drogues.

Le CAL milite depuis de nombreuses années pour que les dispositions en la matière soient mises en pratique et assurent la complémentarité entre autonomie  et  responsabilité.  Complémentarité  qui  est,  somme  toute, une belle façon de gérer sa liberté et de concrétiser son slogan « Libres, ensemble ».

Exercer sa liberté tout en ayant le souci de l’autre, le souci « des » autres. Mais pour convaincre à l’extérieur, il faut d’abord persuader à l’intérieur, c’est un peu la « théorie Danone » inversée. Alors, les acteurs du mouvement, les instigateurs du projet ont pris leur dose d’abnégation et sont partis à l’assaut, ou plutôt à la rencontre de leurs collègues, des responsables associatifs et de l’ensemble des acteurs concernés par la question.

Se sont dégagés des constats encourageants qui vont dans le sens de l’adoption d’une réglementation basée sur la libéralisation contrôlée de la culture de la vente des drogues, et notamment du cannabis. Mais il reste par ailleurs à franchir une autre étape importante, à savoir d’accepter d’être confronté, personnellement et pour ses proches, à ce que l’on envisage comme admissible pour les autres.

Les perceptions et les législations bougent chez nous et autour de nous. Des dispositions plus libertaires, plus permissives, plus réalistes voient le jour. L’objectif central de toutes ces initiatives offrant des libertés et exigeant des responsabilités est, bien sûr, de faire sortir le cannabis de la clandestinité, de la prohibition et de leurs cohortes de délinquance, d’isolement et de marginalisation. L’interdiction et la répression du cannabis ont largement montré leurs limites.

Je conclurai cette courte introduction en abusant de la formule galvaudée et mise à toutes les sauces : « C’est le momentum pour impacter de nouveaux paradigmes ». Puissent nos travaux, nos échanges, nos débats dépasser le stade des formules incantatoires pour déboucher sur des perspectives courageuses, innovantes, généreuses, mais toujours réalistes et responsables.

1 644 vues totales

Informations complémentaires

Année

2018

Auteurs / Invités

Jean De Brueker

Thématiques

Assuétudes, Cannabis, Droit / Législation, Questions et options philosophiques, politiques, idéologiques ou religieuses